Fleurs

Client:

Série "Fleurs", 2020

Year:

2020

« ... Rien que des fleurs ! C'est tout ce qu'il nous reste ! Rien que des fleurs ! »

Winsor McCay, Little Nemo in Slumberland



Ces fleurs en soie pliées et cousues ont pris forme à travers un geste : celui de tremper un tissu dans une couleur et de le projeter sur la surface du papier, laissant parfois une trace colorée qui déborde. Le fil cousu dessine et fixe le contour de ces îlots intimistes. Malgré la contrainte du tissu plié, il s'agissait de redresser ces plis, de leur donner une couleur, de composer avec l’accident et de faire fleurir ces restes.

Mes deux grands-mères m’ont transmis quelques notions de couture et de tricot. Coudre ces fleurs m’a donné l’impression de réactiver ces liens intimes, intergénérationnels et perçus comme féminins.

Notre rapport aux fleurs révèle peut-être notre rapport au temps: «(…) en réalité, le temps n’a rien de linéaire et (…) il s’agit bien au contraire d’un véritable enchevêtrement, une sorte de pelote dans laquelle tout, absolument tout, revient, bien que transformé. » (Marco Martella). Une fleur peut signifier « cette puissance d’enveloppement et de développement » dont parle Deleuze, me donnant l’impression en cousant, de délier les fils d’un temps qui passe et de les organiser dans une forme croissante, aux abords charnels.